W comme...Web - Challenge AZ 2015

Publié le par Juloz

W comme...Web - Challenge AZ 2015

comme...Web

Avant, faire des recherches généalogiques, c'était ça :

 

 

Courrier postal, déplacements obligatoires dans des Archives Départementales bondées et le fameux Minitel (3615 code ...) !
Il fallait être patient et ce n'était qu'il y a à peine 20 ans...
Heureusement, les PC se sont démocratisés et le Dieu INTERNET est arrivé avec un abonnement mensuel abordable et surtout illimité avec l'ADSL !

"World Wide Web", "@", "http://www.machin.com", "WIFI" sont des termes tellement communs maintenant qu'ils font partie de notre vie et qu'on se demande vraiment comment on faisait avant !
Grâce au web, on peut dorénavant 24h sur 24 consulter gratuitement depuis son canapé presque 90% de l'Etat Civil français et toute sorte d'autres sources comme les recensements, les registres matricules, le cadastre napoléonien, etc... grâce à leur numérisation et leur mise en ligne faite par les Archives Départementales (bouh ! le Calvados qui est toujours payant !).

Grâce au web, je peux depuis chez moi consulter des milliers d'ouvrages encyclopédiques qui sont autant de sources pour mes recherches. Jamais je n'aurais pensé avoir accès à de telles informations de mon vivant : je n'imagine même pas le temps perdu à parcourir des centaines, (des milliers ?) de kilomètres pour retrouver tel ou tel bouquin dans une bibliothèque municipale ou aux Archives Nationales. Merci Google, merci Gallica-BNF, merci wikipedia !

Grâce au web, j'ai pu retrouver la presque totalité de ma branche maternelle en Algérie grâce au site des ANOM (j'en ai parlé ici).

Grâce au web, j'ai pu retrouver une dizaine de cousins généalogiques plus ou moins éloignés avec qui j'ai pu partager documents, photos et autres petites histoires familiales que je détaille sur ce blog.

Grâce au web, avec les réseaux sociaux et l'e-mail, je reste en contact avec des membres éloignés de ma famille...

...mais rien ne m'empêchera d'aller de nouveau tourner les pages de vieux registres à l'odeur caractéristique du vieux papier, qui me rappellera que ces mêmes registres ont été manipulés il y a tant d'années par nos aïeux.
Je resterai toujours ému devant la signature d'un de mes ancêtres sur l'acte de décès d'un parent ou devant celles laissées par de jeunes mariés du XVIIIème siècle !

A demain pour la lettre "X" ! ;-)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chalou 26/06/2015 10:42

"mais rien ne m'empêchera d'aller de nouveau tourner les pages de vieux registres à l'odeur caractéristique du vieux" .... Hélas, dès que les registres sont numérisés, il devient impossible d'avoir accès aux originaux dans les salles de lecture. A moins de travailler dans les lieux !!