F comme...Fonds de cure / Challenge AZ 2017

Publié le par Juloz

Nous retrouvons aujourd'hui le curé FERRAND de Leugny, dont j'ai parlé dans ce billet de blog du Challenge AZ 2017, qui utilise les registres pour raconter les petites histoires de sa paroisse.
Nous sommes cette fois-ci quelques années plus tard, en 1786 et notre prêtre bavard nous raconte qu'il a fait refaire à neuf son pressoir :

" En cette présente année mille sept cent quatre vingt
six moi curé de Leugny sur Creuse soussigné ai fait
faire à neuf la messe du pressoir de la cure laquelle
tomboit en vétusté ; en outre j'ai fait refaire le grand
et le petit tonneau qui font, ainsi que le pressoir cy
dessus, un fonds de cure. J'ai fait aussi mettre sur
le grand tonneau deux cercles de fer. Il m'en coûte
pour les réparations du pressoir et des deux cuves
la somme de deux cent cinquante livres. A Leugny
le vingt huit décembre mille sept cent quatre
vingt six, Ferrand curé de Leugny "

Pendant l'Ancien Régime, les églises possédaient un pressoir paroissial, notamment pour la production du vin de messe. Ce dernier "doit provenir de raisins fermentés sans ajout de sucre et sans aucun additif.
De nombreux vins ont gardé en leur nom (ermitage, abbaye, clos, prieuré etc.) cette origine monastique et de communion.
Le besoin de vin de messe favorisa la plantation de vignes dans les meilleurs terroirs.
Dès le XIIe siècle, le vin français devint un produit d'exportation, dont les principaux clients étaient l'Angleterre, les Flandres ou les pays germaniques...
"
(sources : wikipedia)

Si vous habitez Leugny ou si vous y êtes passés, n'hésitez pas à me faire part dans les commentaires de la présence de ce pressoir ou de son emplacement s'il n'existe plus !

Le document sus-cité est visible sur le site des AD 86, registre BMS Leugny 1776-1786, page 104/109.

A demain pour la lettre " G " !
;-)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article