R comme...Rigueur de l'hiver 1788 / Challenge AZ 2017

Publié le par Juloz

Louis XVI distribuant des aumônes aux pauvres de Versailles pendant l'hiver de 1788

Louis XVI distribuant des aumônes aux pauvres de Versailles pendant l'hiver de 1788

En ce mercredi 21 juin 2017, premier jour (caniculaire) de l'été, je vous propose un peu de fraicheur en nous plongeant directement dans l'hiver 1788 et de retrouver notre bon curé FERRAND à Leugny-sur-Creuse.
Parmi les multiples hivers rigoureux du "Petit Age Glaciaire", celui-ci est un évènement climatique reconnu, aussi bien que de nombreux historiens estiment que l'hiver 1788-1789 a sans aucun doute largement contribué à la Révolution Française de l'été 1789.
Notre prêtre nous laisse ici pour la postérité un témoignage bouleversant, en sachant certainement qu'il serait lu, un jour, par les chercheurs du futur. Un gars bien, je vous le dis, le curé FERRAND.
La rivière de la Creuse est gelée, la neige a envahit toute la plaine, le bétail souffre, la population aussi...

 

Transcription :
"En la présente année mille sept cent quatre vingt huit, l'hiver a été excessif et plus grand qu'on n'a jamais vu de temps immémorial et a surpassé de deux degrés l'hiver de mille sept cent neuf, suivant les observations faites à Poitiers, à Bordeaux et à Tours.
Le froid violent a commencé le vingt quatre de novembre et a toujours été en augmentant jusqu'au dix de janvier de l'année suivante mille sept cent quatre vingt neuf.
C'était un triste spectacle de ne voire que de la glace dans les fleuves, dans les rivières et dans les chemins qui étoient devenus impratiquable. Notre rivière de Creuse a été toute couverte de glace pendant quarante deux jours ; on a passé sur la glace depuis le quinze du mois de décembre jusqu'au quatorze de janvier suivant.
J'ai passé moi curé de Leugny à notre port la rivière sur la glace à quatre fois différentes pour aller administrer les sacrements aux paroissiens malades de la Villeplatte
[ndlr:hameau situé de l'autre côté de la rivière sur l'actuelle commune de La Guerche]. Le dernier jour de l'année fut le plus terrible pour le froid.
Si la terre n'eut point été couverte de neige depuis le trois de décembre jusqu'au temps du dégel, on opine que les bleds auroient totallement gelés en terre ; mais il ni a eu graces à la divine providence, aucun mal de ce côté là.
Le temps se radoucit le quatorze janvier. Les glaces de notre rivière de Creuse qui avoient jusqu'à deux et trois pieds d'épaisseur, même plus en certains endroits, partirent enfin le quinze du dit mois de janvier à deux heures après midi, et occasionnèrent peu de dommage dans cette paroisse.
Le pont de bois à Amboise a été emporté par les glaces abondantes de la Loire. Quatre arches du pont de Tours, fini de bâti depuis six ans, ont écroullées aussi à cause des glaces ; on ne peut compter combien de grands batteaux fracassés, combien de marchandises perdues, combien même de personnes péries, noyées ou mises en pièces sur les grandes rivière pour le même motif des glaces.
Pour plus grande preuve de tout ce que dessus, j'ai signé et fait signer plusieurs habitants notables de cette paroisse, qui eux mêmes m'ont prié de faire mention sur les registres de l'hiver et froid rigoureux de l'année mille sept cent quatre vingt neuf à Leugny, ce vingt de janvier mille sept cent quatre vingt neuf.
Ferrand curé de Leugny
Dubois Sindic de la paroisse de la munisipallité C. Dubois
Boïleux
F.Moquet
Joseph Patoy"

 

Pensaient-il alors à ce moment là que le fait de coucher sur papier cet évènement, leur serviraient de support aux Etats Généraux convoqués en mai de cette année-là ?
Pas sûr, mais ils savaient pertinemment, et le curé Ferrand le premier, que ces écrits resteront dans ces archives pour l'éternité...

Source : Archives Départementales de la Vienne - BMS Leugny 1787-1792 - vues 29 et 30

A demain pour la lettre " S " !
;-)

 

Commenter cet article