X comme...Monsieur X, cet inconnu / Challenge AZ 2017

Publié le par Juloz

X comme...Monsieur X, cet inconnu / Challenge AZ 2017

Aujourd'hui, c'est sur le site des Archives Nationales de l'Outre-Mer (ou ANOM) où j'ai pu trouver deux actes de décès d'inconnus hors du commun.
Le premier date de 1886 et est rédigé à Bône (actuelle Annaba) en Algérie alors française.

Transcription :
"L'an mil huit cent quatre vingt six, le dix sept février à neuf heures du matin, ACTE DE DECÈS de un inconnu européen du sexe masculin, trouvé gravement malade sur la route d'El Hadjar, décédé à Bône à l'hôpital civil jour hui à deux heures du soir, profession ..., âgé de vingt trois ans environ, né à ... département de ... fils de ... et de ....
Sur la déclaration à Nous faite par Monniot Pierre profession de vaguemestre du dit hôpital âgé de soixante ans et par Andrieu François profession de concierge âgé de quarante quatre ans demeurant tous deux à Bône. Constaté selon la loi par Nous Legendre Léonor, adjoint au Maire de Bône, département de Constantine, Officier de l'Etat civil, par délégation, et lecture faite aux déclarants, avons signé avec eux."


L'acte aurait pu en rester là et le pauvre homme rester anonyme pour toujours, sauf que 11 ans plus tard, une mention marginale est rajoutée à gauche :
Transcription :
"Par jugement rendu le neuf mars mil huit cent quatre vingt dix sept, le Tribunal civil de Bône a ordonné que l'acte ci-contre indique que le décédé est le nommé Justi ou Giusti Antonio dit Pimbo Justi, âgé de vingt trois ans, né à Santa Maria del Giudia (Italie), fils de Jacopo Giusti et de Annonciata Giusti.
L'Officier de l'Etat-civil"

Cette localité en Italie est introuvable...ou alors j'ai mal cherché. Il y a bien des Giusti sur le site des ANOM mais, comme pour beaucoup de mes billets du Challenge AZ 2017, je n'ai pas le temps de chercher pour chacun la finalité de l'histoire lorsqu'il y a une curiosité, pour en savoir un peu plus...
Si vous pensez avoir une piste, je suis évidemment preneur !

Le deuxième acte est aussi issu du site des ANOM. Nous sommes alors sur la commune de Blida et la date est 1901 :

Transcription :
"Du vingt septième jour du mois d'avril mil neuf cent un, à quatre heures du soir, ACTE DE DECÈS d'un inconnu trouvé mort à Joinville, commune de Blida, propriété Choulet, avant hier vingt cinq avril, la mort paraissait remonter à dix heures. Cet inconnu parait âgé de trente cinq à trente huit ans, on a trouvé sur lui un livret militaire au nom de Carpentier Jean Baptiste Xavier, né le vigt et un juillet mil huit cent soixante trois à Constantine, fils de Jean-Baptiste et Mazère Marie-Thérèse. La mort de cet inconnu est survenue à la suite d'une affection de poitrine.
Sur la déclaration à nous faite par les sieurs : 1° Torre Paul, commissaire de police âgé de quarante et un ans ; 2° Clotte CHarles Inspecteur de Police âgé de trente sept ans tous deux domiciliés à Blida.
Lesquels ont signé, après lecture faite, le présent acte, qui a été fait double en leur présence, et constaté suivant la loi, par Nous, Charriant Pierre Casimir officier d'académie, premier adjoint au Maire, remplissant par délégation spéciale les fonctions d'officier d'Etat-civil de la commune de Blida, approuvons deux mots imprimés rayés nuls."

Il est très rare de voir dans un acte d'Etat-civil la cause du décès mais dans celui-ci, cette information est sans doute laissée peut-être "au cas où"...
J'ai pu retrouver sur le site des ANOM le registre matricule du soldat CARPENTIER mentionné dans l'acte grâce au livret militaire :

La date de naissance correspond bien, ainsi que les noms et prénoms des parents, exception faite sur le nom de la mère qui est "MAZIÈRE" au lieu de "MAZÈRE"...Ces derniers sont domiciliés à Birkhadem, ville située dans la grande banlieue sud d'Alger.
On sait donc qu'il qu'il était châtain, qu'il avait les yeux gris, un front moyen, un nez ordinaire, une bouche moyenne, le menton rond et un visage ovale pour une taille d'1m80.
Engagé volontaire pour cinq ans à la mairie d'Alger, parti le 29 octobre 1881, arrivé au corps le 5 novembre 1881 et immatriculé sous le n° 17649
Il est passé à la Compagnie d'artificiers de marine le 12 janvier 1883, nommé artificier de 2ème classe le 17 janvier suivant puis artificier de 1ère classe le 27 février 1884. Il devient alors maître artificier le 19 décembre 1885.
Il passe alors dans la réserve le 28 octobre 1886 pour être affecté spécial de chemins de fer du 22 mars 1887 au 27 juillet 1896.
Il accomplit une période d'exercices dans l'artillerie Territoriale d'Alger du 14 au 27 septembre 1896 et passe dans la réserve de l'armée territoriale le 1er octobre 1900.
On sait par la colonne de droite qu'il était domicilié en 1896 à Alger.
Ecrite au crayon de bois, l'information "Serait à Boufarick, décembre 1898" nous montre que les autorités militaires commencent à perdre sa trace... Cette ville est située près de Blida, sur la route qui mène à Alger.

Suit alors la mention "introuvable" écrite également au crayon.
Que s'est-il passé entre 1898 et 1901 ?
Que lui est-il arrivé ? Dans quelle galère s'est-il trouvé ? Que faisait-il sur la propriété Choulet ?
Toujours les mêmes questions que je me pose...
Combien de personnes sans nom a-t-on retrouvées au bord d'une route, échouées sur une plage ou une rivière, ne serait-ce qu'en France métropolitaine ou comme ici en Afrique du Nord ? Vous en avez certainement rencontrées plusieurs et à toutes les époques lorsque vous avez consulté les registres BMS ou d'Etat-civil...
Ces pauvres gens inhumés dans le carré des indigents (on disait fosse commune avant) sans qu'on sache qui ils ou elles étaient...

Mais ici, est-on sûr que ce soit lui, Jean-Baptiste Xavier CARPENTIER !? 
Le fait qu'il ait sur lui un livret militaire nominatif ne confirme pas FORCÉMENT l'identité du porteur... D'ailleurs, le rédacteur de l'acte reste prudent et indique quand même qu'il s'agit d'un inconnu.
Pour ce dernier, l'Etat-civil restera muet puisqu'aucune mention marginale ne sera ajoutée à cet acte de décès.

Le mystère de ce monsieur X, un inconnu (qui ne l'est peut-être pas), reste sans réponse...

A demain pour la lettre " Y " !
;-)

 

Commenter cet article