Donation Express au XIXe siècle !

Publié le par Juloz

Je me suis rendu plusieurs jours en avril dernier aux Archives Départementales d'Indre-et-Loire pour récupérer de nombreux documents notariés dont j'avais fait la liste depuis plusieurs mois pendant mes recherches généalogiques familiales.

Je vous présente aujourd'hui l'un de ces documents qui est remarquable à plusieurs niveaux pour moi :
- c'est (pour l'instant) l'acte notarié le plus ancien de ma généalogie familiale : il date de 1842
- c'est un acte très touchant (vous allez voir pourquoi un peu plus bas dans le récit)
- c'est un acte original car il y a une histoire juste après (vous allez là aussi voir pourquoi)

François AUDENET (prononcez "audenette") est mon sosa 160 soit mon AAAAAGP. Il nait le 21 novembre 1778 dans la paroisse de Saint-Pierre-des-Corps, toute proche de la ville de Tours (principalement connue maintenant pour sa gare TGV), du second mariage de son père Jean AUDENET, voiturier par eau et par terre (pour le transport de marchandises, certainement sur le Cher et/ou la Loire) et de Marie MIGNOT (prononcez "mignotte").
Il est jardinier, mais pas au sens d'aujourd'hui : le jardinier d'autrefois s'occupait des cultures maraîchères, de l'entretien des maisons particulières et dans certains cas, de châteaux.
Il se marie le 28 septembre 1801 à Chambray-lès-Tours avec Françoise BRUÈRE, alors domestique, fille d'un couple de vignerons issus de cette dernière commune.
Ils auront ensemble 8 enfants, nés entre 1801 et 1818 dont mon AAAAGP Florent Auguste AUDENET en 1807.

Alors âgé de 64 ans, certainement malade et voyant la fin de sa vie arriver, il décide de faire venir son notaire à son domicile le 1er janvier 1842 à 21h00 dans la commune de Saint-Etienne-Extra. Il s'agit d'une ancienne commune située au sud des remparts de Tours jusqu'aux rives du Cher (actuels quartiers des Prébendes et de la Fuye), et annexée en 1845.
Maître Sincère LAULY, notaire tourangeau, rédige alors un acte de donation de François AUDENET pour son épouse Françoise BRUÈRE.

 

Transcription :

"Par devant M[aîtr]e Sincère Lauly notaire à Tours, soussigné et en présence de M[essieurs] Pierre Pauver, propriétaire marchand de bois demeurant place des Portes de Fer commune de St Etienne Extra et Michel Kintz, cafetier, demeurant sur le chemin du rampart commune de St Etienne Extra, témoins requis et aussi soussigné,
a comparu
François Audenet, propriétaire et jardinier demeurant à la Gilarderie commune de St Etienne Extra,
lequel voulant donner de preuve de son attention à Françoise Bruère sa femme demeurant avec lui, lui a par cet acte fait donation pour le cas où elle lui survivrait d'un quart en toute propriété et jouissance et d'un quart en usufruit seulement de tous les biens qui lui appartiendront au jour de son décès.
Cette donation a été acceptée avec reconnaissance par la femme Audenet ici présente et suivant autorité de son mari.
Dont acte fait ici et passé au domicile du donateur l'an mil huit cent quarante deux le premier janvier à neuf heures du soir, les S[ieu]r et D[am]e Audenet ont déclaré ne savoir signer de ce requis et les témoins ont signé avec moi notaire après lecture faite."

En lisant cela, je trouve touchant que mon ancêtre ait pu faire ce geste à son épouse. J'y vois un couple amoureux, surtout lui, afin qu'elle ne soit pas démunie s'il venait à décéder avant elle.
L'intérêt du document en lui-même est, certes, intéressant mais la suite de l'histoire l'est beaucoup plus !

Ayant récupéré plusieurs années auparavant l'acte de décès de François AUDENET, j'ouvre alors le document numérisé sur mon pc pour voir les détails car je ne m'en souvenais plus.

L'acte a été rédigé le 02 janvier 1842 et précise que le pauvre François est mort "hier soir à onze heures en son domicile"...soit deux heures après le passage du notaire et la rédaction de la donation !!!

[coupure publicitaire]
 Vous êtes à l'article de la mort ?
☠️
Vous voulez prouver votre affection à votre épouse ? 👩
Pour vos donations express, Maître LAULY, notaire à Tours, est un expert !
Il se déplace à domicile
en seulement 30 minutes !
(envoyez votre pli cacheté par porteur)

[fin de la coupure publicitaire]

On comprend mieux maintenant la qualité d'écriture un peu moyenne du document, expliquant alors une précipitation dans sa rédaction, le donateur pouvant rendre son dernier souffle à tout moment !
On remarquera aussi que les deux témoins de la donation sont les mêmes qui déclarent le décès le lendemain à l'Etat Civil : Pierre PAUVERT, ici désigné comme "aubergiste" alors qu'il l'était comme "propriétaire et marchand de bois" dans l'acte notarié, et Michel KINTZ présenté ici comme "cabaretier" et "cafetier" dans la donation, ce qui est la même chose.

Comment ai-je retrouvé cet acte notarié ?
Chez moi via le site web des AD 37, j'ai consulté les Tables Alphabétiques des Successions et Absences pour l'année 1842. Le fait qu'il soit décédé en janvier et que son nom de famille commence par la lettre "A" a facilité les recherches.
Je suis donc tombé sur ce document :

J'ai d'abord eu un doute car le prénom ne correspond pas et le nom de l'épouse non plus. Jean AUDENET et Marie MIGNOT sont en effet les parents de François comme annoncés plus haut dans mon billet de blog. S'agit-il d'une erreur ?
En me rendant physiquement aux Archives Départementales, il me fallait donc dénouer cette énigme...
En cherchant dans les registres des Déclarations des Mutations par Décès à la date du 21 mars 1842, je découvre alors le fameux document qui m'apportera la réponse :

Il s'agit effectivement d'une erreur, apparemment reproduite un instant sur l'acte de décès avant sa rectification in extremis, d'où les ratures et les mots rayés nuls confirmés par signature des témoins.
C'est bien la succession de François AUDENET !
L'archive est alors très, très intéressante pour moi car elle m'indique le nom de tous les enfants survivants du couple en 1842, leur profession respective, s'ils sont mariés et surtout où ils habitent ! (la ligne verticale verte)
J'y apprends que mon ancêtre direct a aussi été voiturier jusqu'à Orléans et notamment qu'un de ses frères est domestique à Paris ! Les autres sont restés en Touraine.
C'est François POTET, épicier rue du Grand Marché et époux de sa soeur Marguerite, qui fait la déclaration. Je retrouverai souvent cet homme dans plusieurs actes notariés, certainement sollicité parce que le seul à savoir signer dans la famille.
Et encore, il ne devait connaître que sa signature...

Juste après la dénomination des héritiers, je retrouve donc la mention de cet acte inespéré chez Maître LAULY (souligné en rouge).
J'y apprend alors que François AUDENET possédait, en plus de ses meubles et effets personnels, "une petite maison avec quatre ares de jardin sise Chemin de Saint-Lazare".

Voilà donc une nouvelle enquête à mener : trouver l'emplacement de cette habitation !

À suivre
 !

Sources :
Archives Départementales d'Indre-et-Loire
Donation => 3E4/577
Acte de décès => 6NUM8/261/146 (vue 203)

Mutation par Décès => 3Q8863

Publié dans Généalogie

Commenter cet article

blanche 3411 07/08/2017 10:08

Bonjour, j'ai vu en descriptif que vous êtes un "pro", et on le constate de suite.
Moi, j'ai débuté voilà environ 3 mois, la généalogie de ma famille, et j'avance, mais peu à peu...
j'espère un jour, parvenir à de telles précisions...
Merci pour ce récit et ces idées de recherches.
Au plaisir!

Juloz 07/08/2017 10:36

Merci Blanche ! Je suis sûr que vous allez y arriver vous aussi ! Il faut, c'est vrai, être patient en généalogie mais ça vaut le coup. Bon courage pour la suite et n'hésitez pas à demander de l'aide, notamment sur le groupe Facebook "Généalogie", surtout si vous êtes coincée quelque part.
Le partage des informations fait aussi partie des activités des généalogistes, amateurs ou pros ;-)