H comme...Hors La Loi - #Challenge AZ

Publié le par Juloz

comme...Hors La Loi

On dit qu'on descend tous d'un roi ou d'un pendu.
Pour ma part, c'est presque les deux, mon colonel !
Si je peux prouver (à 80 % selon moi) que je descends bien d'un roi (en l'occurence Charlemagne), je ne suis pas loin du pendu non plus !
En effet, dans mon arbre généalogique, mon oncle à la 5ème génération n'était pas un enfant de choeur !
Pierre LEBREJAL né MOLINIER, voilà son nom.
Il est né le 16 mars 1830 à LACALM (prononcez lacan) dans l'Aveyron, enfant naturel d'Ursule MOLINIER (1807-1873), brassière et journalière.

cliquez pour agrandir

cliquez pour agrandir

Bien que reconnu par Géraud LEBREJAL (1804-après 1848) lors de son mariage avec Ursule le 29 mai 1833 à Lacalm, il se fera toujours appeler "Molinier".
C'est un oncle de mon AAGM, voilà où il se situe dans mon arbre sur généanet :

cliquez pour agrandir

cliquez pour agrandir

Déjà condamné deux ou trois fois à ESPALION dans l'Aveyron pour des petits larcins, il l'est plus sérieusement le 22 novembre 1852 à AURILLAC à 5 ans de réclusion pour vol.
A SAINT FLOUR le 19 août 1857 pour vol qualifié, il est condamné à 20 ans de travaux forcés !

Il arrive au bagne de Toulon le 29 octobre 1857, après que son pourvoi ait été rejeté le 19 septembre précédent. 

cliquez pour agrandir

cliquez pour agrandir

Grâce aux Archives Nationales de l'Outre Mer (ou ANOM) situées à Aix en Provence (il faut se déplacer sur place pour les consulter), on peut retrouver le dossier des galériens et des bagnards.


On lui attribue donc le matricule 9100 et on le signale ainsi :
"27 ans, tailleur sans fortune, lit bien et écrit imparfaitement.
Ce condamné est très dangereux. Il a cherché à se procurer une évasion et ne reculera devant rien pour atteindre ce but.
Malgré son infirmité, il est doué d'une force et d'une agilité surprenante. C'est un homme à surveiller de près".


Les conditions de vie sont extrêmements difficiles et notre tonton Pierrot n'est pas un enfant de choeur ! Même installé "en demi-chaîne", il donne du fil à retordre aux surveillants et il fera plusieurs jours de retranchement :
- le 07 mars 1858, pour avoir bu deux fois : 10 jours
- le 03 avril 1858, pour avoir menacé un camarade : 10 jours
- le 21 juillet 1862, pour avoir battu un camarade : 1 mois
- en 1863, pour "mauvaises relations" : 15 jours (là-dessus, on n'en saura pas plus ^^)


 

Il est transféré en Guyane le 09 juin 1863.
Il ne retournera jamais en métropole car il décèdera à l'hôpital militaire de Cayenne 11 ans plus tard le 22 septembre 1874 à l'âge de 44 ans.
Il sera donc resté 17 ans en prison...

cliquez pour agrandir

cliquez pour agrandir

cliquez pour agrandir

cliquez pour agrandir

Pour plus d'informations, je vous invite à visiter ce site très complet sur l'histoire du bagne en Guyanne.

A demain pour la lettre "i" ! ;-)

Edit : mise à jour le 11 juillet 2015

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marion 09/06/2015 17:45

Hé bien quelle vie !!!

D'ors et d'arts 09/06/2015 13:42

Triste destin d'un voleur ! "Malgré son infirmité, il est doué d'une force et d'une agilité surprenante" En savez-vous plus sur cette infirmité mentionnée mais non précisée ? En tout cas un intéressant témoignage.

Juloz 11/07/2015 21:45

J'ai maintenant la réponse sur son infirmité ! Cliquez sur ce lien : http://mesancetres-40generations.over-blog.com/2015/07/h-comme-hors-la-loi-episode-ii.html

Juloz 09/06/2015 21:10

Non, malheureusement. Je n'ai aucune autre information disponible pour l'instant. Il faudrait pour cela que je consulte les archives judiciaires aux AD15 voir s'il y a une trace de son dossier...